Jocari | Détails

Jocari (latin iocari s’amuser, iocus jeu)

Site francophone de référence sur les jeux et jouets
des époques antique, médiévale et renaissante,
issu de la recherche scientifique

egypte_c procheorient_c grece_c rome_c moyenage_c vikings_c renaissance_c
Li Lais de Courtois (XIIIe siècle)
Li Lais de Courtois  (XIIIe siècle)
  (Agrandir)  

"merel" ou "meriel" (Jeu de mérelles ou chance ?) "tremerel" (mérelles à trois ou dés ?)

© BnF

Li lais de Courtois (ms. A, inc.); Li lais de Cortois (ms. A, expl.); De Courtois d'Arraz (ms. B et D, inc.); De Cortois (ms. B, expl.); De Cortois d'Artois (ms. C, inc.)

Texte
Pères, trop m'i poez grêver,
Tart couchier et matin lever,
Tel vie ai toz jors maintenue :
Toz jors à mon pooir vous serf,
Moi prenez com le vostre serf,
Si m'estuet soingnier vostre afere;
Du tout m'avez le col carchié,
Mès mon frère en a bon marchié
Qui bien est de vous por nient fere.
Mainsnez est et mendres de moi,
N'onc nel' péustes metre o moi
De fere rien qui vous pléust,
Nis d'aler en champ o voz bestes.
Foi que doi vous qui mon père estes,
Par reson fere le déust,
Bien a son tens et son merel*
Qui boit et jue au tremerel
Quanques nous gaaignons andui.

(…)

Transcription extraite de : BARBAZAN É. & MEON M., Fabliaux et contes des poètes françois des XI, XII, XIII, XIV et XVe siècles, tirés des meilleurs auteurs, publiés par Barbazan. Nouvelle édition, augmentée et revue sur les manuscrits de la Bibliothèque impériale, par M. Méon, Paris, Warée, 1808, t. 1, p. 356-357.

* E. FARAL, 1922 transcrit "meriel", chance -

Traduction
Père, vous allez me tuer à la tâche :
tard couché et tôt levé
voilà la vie que j'ai toujours menée.
Chaque jour, je vous sers de mon mieux,
vous me traitez comme votre esclave,
il faut que je m'occupe de vos affaires :
je porte tout le fardeau,
tandis que mon frère s'en tire à bon compte ;
il est bien vu de vous sans rien faire.
C'est mon cadet, il est plus petit que moi,
mais jamais vous n'avez pu le décidez à faire
avec mmoi rien qui vous plaise,
même pas à aller garder vos bêtes aux champs.
Par la foi que je dois à vous qui êtes mon père,
ce serait raison et justice qu'il le fasse.
Il a bien du bon temps et de la chance
à boire et à jouer aux dés
tout ce que nous gagnons tous les deux.

(…)

Traduction tirée de DUFOURNET J. (ed.), Courtois d'Arras, L'enfant prodigue, Paris, GF Flammarion, 1995, p. 39.

Extrait de
Recueil de Fabliaux, de Contes, de Fables, de Proverbes, de Romans ; Partenopeus de Blois, Blancandin, Floire et Blanchefleur, etc. ("Ci comence le cortois d'Artois")

Datation
Premier quart du XIIIe siècle

Provenance
Paris

Auteur
Courtois d'Arras

Support
Manuscrit

Dimensions
?

Conservation
Bibliothèque nationale de France, Paris
Inventaire n° Mss français 837, f. 63ra-66va (B)
Mss français 1553, f. 498rb-501va (A)
Mss français 19152, f. 82v (C)

Biblioteca universitaria, Pavia
Inventaire n° Mss Aldini 217 (anc. CXXX. E. 5) (D)

Consultation en ligne
GallicaBnF

 
     
Rechercher
Dans les jeux et jouets

Dans les sources

Dans la bibliographie

Index général
A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z