Jocari | Détails

Jocari (latin iocari s’amuser, iocus jeu)

Site francophone de référence sur les jeux et jouets
des époques antique, médiévale et renaissante,
issu de la recherche scientifique

egypte_c procheorient_c grece_c rome_c moyenage_c vikings_c renaissance_c
Jeu de Dominos
Jeu de Dominos

 Description | Matériel | Règles | HistoriqueSymbolique | Sources | Bibliographie

 
2 ou+
10' à 20'
 Facile  Hasard raisonné  

 

 

 

Description

Les Dominos sont des sortes de dés taillés longs et plats. Une des faces est divisée en deux parties égales portant différentes combinaisons de chiffres, marqués sous forme de points. 

Dictionnaire de L'Académie française (1832-5) : "DOMINO se dit encore d'un jeu qui se joue avec des espèces de dés d'ivoire ou d'os, très-plats et plus longs que larges, où les points ne sont marqués que sur une des faces. Jouer au domino. Jouer aux dominos."

Matériel

Lorsque les dominos présentent deux faces de couleurs différentes, ils étaient fabirqués en bois noirci ou ébène pour une face et os ou ivoire pour l'autre face. Le jeu le plus courant comporte 28 dominos. Sept dominos "doubles" (ou "doublets") vont de 0-0 à 6-6 ; les 21 autres, dits "composés", vont de 0-1 à 5-6. D'autres variantes peuvent aller de 0 à 9 (55 dominos), de 0 à 12 (91 dominos), de 0 à 15 (136 dominos) et de 0 à 18 (190 dominos).

Règles

Règles du jeu le plus connu et tel qu'il est encore pratiqué actuellement. Pour d'autres règles, se reporter au Dictionnaire des jeux de 1792 (Voir >>>).

Préparation du jeu
Les dominos sont étalés sur la table, faces retournées et soigneusement mélangés. Chaque joueur en prend 7, le reste constituant le talon, la réserve, la pioche ou la pêche. A quatre joueurs et plus (jusqu'à 7), les joueurs se partagent un nombre égal de dominos. Chaque joueur doit être le seul à voir ses dominos et le talon reste secret pour tous.

But du jeu
Le vainqueur est celui qui se sera débarassé de toutes ses pièces (Dictionnaire de l'Académie française d 1832-5 : Faire domino, Placer son dernier dé, lorsqu'il en reste encore à l'adversaire; ce qui fait gagner la partie). Celui à qui il reste un plus grand nombre de points a perdu.

Déroulement du jeu
On décide ou on tire au sort le joueur qui commence. Ce joueur pose un domino de son choix (généralement le plus élevé), puis le second en place un autre de telle façon qu'une des moitiés touche une moitié identique du précédent et ainsi de suite jusqu'à épuisement des dominos. Il faut donc toujours que les dominos qui se touchent présentent sur leurs faces voisines le même nombre de points. Une chaîne ne peut comporter que deux extrémités libres. Les dominos doubles doivent être posés en travers. Si un joueur n'a aucun des deux chiffres des extrémités, il pioche et passe son tour (Variante : on peut aussi convenir de choisir entre "piocher" et "bouder", c'est-à-dire simplement passer son tour).

Historique

Il est généralement admis que les dominos sont d'origine chinoise et n'apparaissent en Europe que dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle, vers 1760. Le Dictionnaire universel françois et latin, vulgairement appelé Dictionnaire de Trévoux de 1771 le dit "assez connu" et l'évoque comme se jouant avec une espèce de dés avec des points de 1 à 9 (Lire>>>). Michael Dummett (The Game of Tarot, 1980) situe l'introduction des dominos d'abord en Italie, à Venise et Naples. Ils connaitront un grand succès au XIXe siècle, mais semblent déjà suffisamment bien répandus à la fin du XVIIIe siècle pour que le Dictionnaire des jeux de 1792 en énnonce sept façons d'y jouer !

Claude Aveline, dans Le code des jeux (1961) rapporte que "le 21 mars 1791, Palloy, l'entrepreneur de démolitions de la Bastille, fit offrir à Louis XVI, par le régiment de Royal-Dauphin où servait son fils, un jeu de dominos fait avec des matériaux de la forteresse". Selon Gaston Vuillier, Plaisirs & Jeux depuis les Origines (1900), "le jeu était un véritable chef-d'oeuvre, rapportent les gazettes du temps : la boîte était d'une seule pièce, les dés avaient été taillés dans le marbre des chambranles de la cheminée de De Launey, et chacun de ces dés, à son revers, était orné d'une lettre d'or. L'assemblage de ces lettres formaient les mots : Vivent le roi, la reine et le dauphin ! Le jeune Palloy remit la boîte au jeune prince en récitant ce quatrain qui était gravé sur le couvercle : De ces affreux cachots, la terreur des Français, Vous voyez les débris transformés en hochets ; Puissent-ils, en servant aux jeux de votre enfance, Du peuple vous prouver l'amour et la puissance."

Si les sources écrites plaident pour l'introduction tardive des dominos en Europe, la découverte, lors des fouilles du château de Mayenne, d'un domino gravé sur un fragment d'ardoise, dans un contexte du XVe siècle (Voir >>>) et un domino en os découvert à Mauregard et daté par le Musée Archéa "entre 1600 et 1700" (Voir >>>), pourraient, si leur datation est correcte, remettre en question cette origine tardive ! Les sources archéologiques sont malheureusement peu nombreuses, en raison surtout de la fragilité des matériaux utilisés et il est à espérer que d'autres découvertes permettront un jour d'éclairer cette question...

Symbolique

Certains auteurs expliquent l'origine du mot "domino" par une similitude entre l'apparence des pièces de jeu et l'habit des religieux dominicains (blanc recouvert d'une cape noire).

Sources

Voir les sources archéologiques, iconographiques et écrites >>>

Voir les documents anciens présentant les règles du jeu  >>>

Bibliographie

Voir la bibliographie spécifique à ce jeu >>>

Traductions

français Dominos | english Dominoes | nederlands Domino | deutsch Domino | italiano Domino | español Dominó | português Dominó

 
     
Rechercher
Dans les jeux et jouets

Dans les sources

Dans la bibliographie

Index général
A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z