Jocari | Détails

Jocari (latin iocari s’amuser, iocus jeu)

Site francophone de référence sur les jeux et jouets
des époques antique, médiévale et renaissante,
issu de la recherche scientifique

egypte_c procheorient_c grece_c rome_c moyenage_c vikings_c renaissance_c
Jeux de cartes (Généralités)
Jeux de cartes (Généralités)

Description | Matériel | Règles | Historique | Symbolique | Sources | Bibliographie

Autres appellations

Naïbis, Naïbes (cartes italiennes) - Naïpes (cartes espagnoles)

Description

Les mentions littéraires font apparaître les jeux de cartes comme des jeux de hasards plus que des jeux de combinaison ou de réflexion, les cartes pouvant même être associées aux dés pour donner des jeux d’argent.

Matériel

Au tout début, les cartes sont réalisées au pochoir. Au XVe siècle, la xylographie (gravure sur bois) est utilisée pour augmenter la rapidité de fabrication. Généralement rectangulaires, parfois carrées ou même rondes, les cartes sont différentes d’une région à l’autre.

Règles

On s’adonne surtout au Glic, qui consiste à obtenir le plus grand nombre de points pour s’emparer des mises et à la Condemnade, pour lequel un joueur nomme une carte tandis que son partenaire les distribue et gagne si la carte nommée lui échoit. Parmi les jeux les plus connus entre les XVe et XVIIIe siècles figurent encore le Jeu de la Banque, introduit en Italie par les armées de Charles VIII (1483-1498) ; l’Hombre, connu à la cour d’Henri IV (1589-1610) et très en faveur au XVIIe siècle, joué avec 40 cartes et des jetons ; la Manille, d’origine espagnole ; au XVIIe siècle, le Brelan ; la Ferme, en vogue sous Louis XV (1715-1774), la Bassette, le Trente et Un, ou encore, le Trente et Quarante.
Mais le jeu le plus populaire et le plus durable est le Piquet, aux nombreuses variantes, qui se joue à deux joueurs et avec 32 cartes. Rabelais , parmi les 35 termes se rapportant aux cartes, mentionne encore d’autres jeux dont certains remontent au XVe siècle, notamment le Flux, le Pille, le Triumphe, le Lansquenet, la Ronfle, le Tarau. Ce dernier, cité pour la première fois par Rabelais, se différencie du jeu de carte ordinaire car il comporte d’une part quatre couleurs de 14 cartes chacune (représentant les cartes d’un jeu classique auxquelles il faut ajouter un Cavalier qui vient s’interposer entre le Valet et la Dame) et d’autre part 21 Atouts et 1 Excuse. Un Jeu de Tarot complet compte donc 78 cartes.

Historique

Les origines des cartes à jouer sont incertaines. Probablement inventées en Orient et arrivées en Europe au XIVe siècle, elles connaissent un grand succès et une diffusion très rapide sur tout le continent.

En France, les couleurs que nous connaissons encore aujourd’hui (carreau, cœur, trèfle et pique) sont déjà en vigueur au XVe siècle et les costumes des figurines suivent de près la mode de la cour royale. D'autres "couleurs" coexistaient. Ainsi, un jeu conservé à Stuttgart (Voir>>>) et datant de 1430 représente les couleurs sous forme d'animaux : canard, faucon, chien et cerf. Les cartes dites espagnoles utilisent quant à elles le denier, la coupe, l'épée et le bâton, comme les cartes italiennes.

Dans nos régions, le premier texte à signaler des cartes à jouer est un livre de comptes de 1379, conservé aux Archives de l’État à Bruxelles . De nombreuses mentions de ce jeu suivront ensuite, témoignant qu’on devait jouer ferme à la Cour de Brabant. Tournai sera, au XVe siècle, un centre important de production de cartes. Au XVIe siècle, toutefois, l’industrie dépérit à Tournai, tandis qu’on assiste à la même époque à une ascension de cette production à Anvers, puis au XVIIe siècle à Namur. Le XVIIIe siècle verra l’établissement de nombreuses fabriques de cartes à jouer sur tout le territoire belge.

Les cartes ont aussi eu un rôle pédagogique en servant de support d'apprentissage. Ainsi, des cartes représentaient des planètes ou encore des vertus.

Symbolique

Les figures représentent chacune un personnage historique, dont le nom est mentionné dans les marges des cartes dès le XVIe siècle. Ces figures connaîtront quelques variantes et ne seront définitivement fixées qu’à la fin du XVIIIe siècle. C’est en France que le ministre des Finances imposera, dès 1827, de les représenter à “deux têtes”.


Piquet Trèfle Carreau Cœur
Rois David Alexandre César Charles (Charlemagne)
Dames Pallas Argine (anagramme de Regina) Rachel Judith
Valets Ogier (le Danois) Lancelot (du Lac) Hector (officier de Charles VII) Lahire (compagnon de Jeanne d'Arc)

 

Sources

Voir les sources archéologiques, iconographiques et écrites :
médiévales | renaissantes | TOUT

Voir les documents anciens présentant les règles du jeu  >>>

Bibliographie

Voir la bibliographie spécifique à ce jeu >>>

Traductions

français Jeu de cartesenglish Card Game | nederlands Kaartspel | deutsch Kartenspiel | italiano Gioco di carte | español Juego de naipes | português Jogos de cartas

 

 
     
Rechercher
Dans les jeux et jouets

Dans les sources

Dans la bibliographie

Index général
A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z