Jocari | Détails

Jocari (latin iocari s’amuser, iocus jeu)

Site francophone de référence sur les jeux et jouets
des époques antique, médiévale et renaissante,
issu de la recherche scientifique

egypte_c procheorient_c grece_c rome_c moyenage_c vikings_c renaissance_c
Jeu de Pair-Impair
Jeu de Pair-Impair

Description | Matériel | Règles | Historique | Symbolique | Sources | Bibliographie

 
2
Libre  Facile  Devinette  

 

 

  

Autres appellations

αρτιάζω, αρτιασμός (époque grecque) -  par impar (époque romaine) - pair ou non (Rabelais, 1534 ; Dictionnaire, 1694) - pair et non pair- pair ou sol - pair ou sou

Description

Le Jeu de Pair-Impair consiste à prendre un certain nombre de petits objets dans une main et la tendre à l'autre joueur en posant la question : "pair ou impair ?" (Άρτια ή περισσά - par impar) ou encore "combien ai-je ?" (ποσίνδα)

Matériel

Le Jeu de Pair-Impair pouvait se jouer avec toutes sortes de petits objets : cailloux, osselets, coquillages, mais aussi comme le précise Pollux (IX, 101) : fèves, noix, amandes ou même pièces de monnaie, ou bien encore avec des billes, des jetons...   Le nombre peut varier en fonction de la taille de la main des joueurs.

Règles

Préparation du jeu
Répartir les noix de manière équivalente entre les deux joueurs.
Les deux joueurs se tiennent face à face.

But du jeu
Deviner si l’adversaire cache un nombre de noix pair ou impair.

Déroulement du jeu  (avec des noix)
On décide ou on tire au sort le joueur qui commence.
Dans son poing fermé, caché dans son dos, ce joueur tient un certain nombre de noix. Son adversaire doit deviner s’il en cache un nombre pair ou impair.
Celui qui a deviné juste reçoit 1 noix.
Lorsqu’un joueur n’a plus de noix, il est éliminé.

Le gagnant
Le dernier joueur à qui il reste des noix remporte la partie.

Historique

Platon, Aristophane et Aristote font déjà mention d'un tel jeu. Le poète latin Ovide, dans son poème Le noyer, décrit six manières de jouer avec des noix, dont le jeu de pair et impair. Suétone rapporte que l'empereur Auguste a donné à ses convives 250 deniers pour jouer aux dés ou à par impar (Lire >>>). Au Moyen Âge, on y joue également, et sans doute même parfois avec quelques enjeux pécuniers. Quelques sources iconographiques à partir du XVe siècle montrent des enfants se faisant face et semblant cacher de petits objets, elles sont interprétées comme le jeu de pair impair. Le tableau de Breughel Jeux d'enfants, montre un des enfants tenant une main cachée derrière son dos (Voir >>>).

Sources

Voir les sources archéologiques, iconographiques et écrites :
Jeu de Pair et impair (Grèce | Rome | Europe médiévale | Renaissance) | Noix | TOUT >>>

Voir les documents anciens présentant les règles du jeu  >>>

Bibliographie

Voir la bibliographie spécifique à ce jeu >>>

 
     
Rechercher
Dans les jeux et jouets

Dans les sources

Dans la bibliographie

Index général
A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z